Sur la Carretera Austral

THE Fitz Roy
THE Fitz Roy

Comment vous racontez en quelques mots la plus belle route que nous ayons empruntés jusqu’à maintenant sans tomber dans les clichés de cartes postales à la guimauve? J’avais bien pensé vous refaire le coup des photos qui expriment mieux la beauté des paysages que ma prose, mais l’ayant déjà pratiqué, je vais m’abstenir ! Alors, c’est parti pour un récit chronologique :

Les bienheureux
Les bienheureux

Nous étions encore coté Argentin après avoir randonné « tranquillement » dans le massif du Fitz Roy (oui, oui, je suis devenu un grand sportif et parfois nous randonnons autrement qu’en 4x4) tout en devisant sur nos options routières à venir lorsque sont surgis de derrière un pont deux mochileros (backpackers) pouces tendus vers notre fier véhicule et grands sourires tendus vers nos 2 têtes blondes. Notre bonté d’âme légendaire nous a poussés à « charger » Brégis & Berginie. C’est donc à 6 que nous attaquons les quelques 500 Kms de Ruta 40 qui nous mènent jusqu’à Barjo Caracoles, le paso de Roballos puis les 800kms de carretera austral jusqu’à Chaiten.

Lago del Desierto
Lago del Desierto

Avant de quitter El Chalten et le Fitz roy, nous décidons d’aller bivouaquer au bord du Lago del Desierto rien que pour son nom ! Et il ne nous a pas déçu, des glaciers qui descendent des sommets, une eau variant de l’opale au brun foncé et le Fitz Roy qui surveillent tout ça avec son air hautain.

Ruta 40, terre de contrastes
Ruta 40, terre de contrastes

La Ruta 40 qui nous mène jusqu’à Bajo Caracoles est très roulante avec même quelques tronçons asphaltés. C’est une piste large, bien nivelée qui traverse l’altiplano central à environ 1000 m d’altitude. Ses grandes étendues planes permettent de profiter d’une lumière souvent irréelle avec un plafond de nuages noirs bien épais mais la lumière rasante et orangée d’un coucher de soleil lointain : certains trouvent ces paysages plats et vides, nous on adore !

Il y a foule au Bivouac
Il y a foule au Bivouac

Arrivés tard à Bajo Caracoles nous profiterons d’un bivouac sur le terrain de foot tout contre le générateur du village qui nous fera l’honneur de ronronner toute la nuit. De cette somptueuse bourgade, nous quittons la ruta 40 direction le Chili par le paso Roballos. La traversée se fait sur le dos d’une petite cordillère. Entre lacs et vigognes, nous trouvons la frontière avec ses bureaucrates et sa barrière perdue au milieu des montagnes. Coté chilien, nous bivouaquons toujours entourés de vigognes. 

Crédits photo : Régis
Crédits photo : Régis

Nous y voilà ! C’est ici que nous retrouvons la carretera austral, la fameuse autoroute souhaitée par Pinochet pour relier le nord et le sud du pays (Plus de 5000 kms tout de même). Pour une autoroute, nous sommes gâtés : pas plus large qu’un de ces camions que nous croisons, des nids de poules nandous et des rochers en guise de revêtement. Mais nos regards ne restent pas longtemps sur la route, nous sommes tout de suite bluffés par les couleurs des paysages. Tout est presque trop contrasté et saturé, les rivières sont fluos, les fleurs sont flashies, les verts trop intenses et les rouges piquent les yeux. Gros coup de bol, malgré les conditions météo hyper changeantes dans ces régions, nous aurons grand soleil de Cochrane à Puerto Bertrand !

Crédits photo : Régis
Crédits photo : Régis

Entre Puerto Bertrand et Puerto Tranquilo, la pluie nous a rattrapée et dans ces contrées quelques peu  australes, elle s’est avérée têtue puisqu’elle nous a laissée tranquilles seulement au bout de 8 jours et la bagatelle de 1500 kms. C’est donc avec un peu moins d’entrain que nous avons rejoint Puerto Cisnes pour y fêter Noël.

Un noël hors du commun
Un noël hors du commun

Au fin fond d’une route inondée et en travaux, nous arrivons à temps à Puerto Cisnes où nous avons rendez vous avec des familles croisées précédemment au cours du voyage. La famille Lebris et les smitou qui ont réussi à nous rejoindre malgré l’acharnement de Yan à vouloir rouler sans amortisseur. Nous voilà donc 8 adultes et 7 enfants sur la place principale d’un coin un peu perdu, sous la pluie un 24 décembre. En manque de maison, nous avons choisi de louer une cabaña (chalet) avec surtout un poêle à bois pour enfin sécher et fêter la venue du prophète. Coup de bol, le Père Noël à réussi à trouver les souliers d’Éloi et d’Émile !  Émile a même réussi identifier des empreintes du vieux barbu sur le pas de la porte!

le Land enchainé
le Land enchainé

Entre ceux qui partent au sud, à l’est et nous au nord, nous revoilà tous les quatre sur la route en direction de Chaiten sans savoir si la route est ouverte suite à l’éruption du volcan en 2008. On tente le coup, on va voir… Malgré la pluie incessante, le vent et le froid nous avons découvert cette ville fantôme, complètement désertée de ses habitants. Certaines maisons sont recouvertes de plus d’un mètre de cendres ! D’autres ont littéralement été emportées par des coulées de cendres et restent échoués au milieu de la baie envahie elle aussi par les cendres : apocalyptique. Par contre, si vous voulez voir cela, il faudra venir sur place la météo empêchait toute sortie photographique. C’est en arrivant dans ces lieux désolés que nous apprenons que la route qui poursuivait vers le nord n’a pas été réparée et que notre chemin s’arrête là. Heureusement, une liaison maritime existe pour rejoindre Puerto montt et donc le reste du Chili sans avoir besoin de repasser par l’Argentine nous évitant ainsi un léger détour d’environ 750 kms !

Contre vents et marées
Contre vents et marées

Nous voilà donc toujours sous la pluie battante à attendre un bateau qui se révélera être plutôt une barge qu’un navire de croisière. En guise d’accueil, les membres d’équipage de la croisière s’amuse attachent le Land à grands renforts de chaines et de treuils, rien que çà ! Il est 20 heures et nous sommes censés arrivés le lendemain matin. Envisageant une nuit d’enfants vomitifs dans nos 3m² j’interroge les forçats des chaines sur l’état de la mer : « pas trop calme mais on a connu pire » fut la réponse la plus rassurante qu’ils avaient en stock. Nous voilà donc en train de faire du bateau dans notre Land ! Dés la sortie de la baie, nous avons pu apprécier à sa juste valeur la force des chaînes nous retenant à la barcasse. Dans ces régions le Pacifique aidé par des cieux peu cléments en s’engouffrant dans les fjords et autres détroits crée des vagues désordonnées d’au moins 3-4 mètres de haut. Le plus impressionnant dans tout ça restant les bruits métalliques du bateau lorsqu’il tombe au fond d’une vague. N’ayant peur de rien, nous attaquons un bon repas de pates (mon dieu que c’est original) et direction dodo en espérant ne pas choir de nos « bannettes ». Dans la série des bonnes blagues, nous avons même réussi à embarquer de l’eau de mer dans le Land à force de se faire balayer par les vagues (bon d’accord, on a des fuites dans la capucine mais quand même) !

Après cette nuit agitée et iodée, nous sommes arrivés à bon puerto, celui de Montt en l’occurrence. Malgré tous nos efforts pour filer vers le Nord, la pluie nous poursuit toujours. C’en est trop cette fois ci, aux grand maux les grands remèdes, l’autoroute nous tend les bras : nous filons d’une traite jusqu’à Valparaiso dont nous vous parlerons au prochain post.

Toujours plus d'images en cliquant ICI.

 

Oui, je sais la carte de notre trajet n'est plus à jour, dés que je mets la main sur un googlemaniac je corrige ça.

Commentaires: 10 (Discussion fermée)
  • #1

    Mamichelle (mardi, 05 janvier 2010 22:52)

    Voilà un Noël original dont vous vous souviendrez ! des paysages toujours différents, vous allez bien finir par trouver un peu de chaleur, pour vous consoler chez nous il fait -5°! Nous vous embrassons, à bientôt sur la web !

  • #2

    Babicka (mercredi, 06 janvier 2010 03:08)

    Mais oui ! Au Pérou, il fait plus de 30 degrés et on évite bien de marcher au soleil ...
    A très bientot ?

  • #3

    BONNEAU (mercredi, 06 janvier 2010 10:44)

    Superbes photos ! Le marais et Oléron en "plus" grandiose !
    Continuez bien votre aventure.

    madeleine limoges

  • #4

    Carosebclempaul (mercredi, 06 janvier 2010 11:45)

    Je vous souhaite un excellente année 2010 à vous 4. Ca doit être plus que magique pour vous.
    bisous
    Caroline D

  • #5

    annie (mercredi, 06 janvier 2010 23:13)

    pour une fois on ne vous envie pas netre la pluie durant de sjrs et des jours et les vagues de 3-4m !
    quel est l'oiseau à tête rouge?
    mamy a adoré son cadeau de noel et s'en sert ts les jrs en pernat le café à 10h et en rêvant a vous!
    vous lui manquez bcp!

  • #6

    delfinette (jeudi, 07 janvier 2010 15:26)

    Feliz ano nuevo les grands aventuriers !!
    Une très grande pensée pour vous, je vous embrasse mas fuerte

  • #7

    Liliane (NIORT) (samedi, 09 janvier 2010 18:13)

    Il est quand même drôlement fort ce Père Noël pour avoir réussi à retrouver les traces des chaussures d'Emile et Eloi !.... Peut être qu'i vous suis aussi sur votre blog.
    Pour ma part vous me faites rêver et je voyage toujours un peu grâce à vos photos et commentaires. Quelle belle aventures !!!
    Pendant que vous rechercher un peu de chaleur, ici nous continuons dans le froid depuis e début de l'année. A cette occasion meilleurs voeux à vous 4, pleins de rencontres et découvertes extraordinaires.
    Grosses Bises à vous 4
    Liliane

  • #8

    lybabti (samedi, 09 janvier 2010 21:09)

    Coucou les amis,
    des photos toujours aussi magnifiques... De quoi rêver, s'évader...sans la pluie, mais devant le poêle !!!
    A vous lire, notre traversée de Siquijor fût certainement un long fleuve tranquille comparé à ce que vous avez vécu sur la barge !!!
    Bonne année et gros bisous à tous les 4.

  • #9

    celine philippe luca julie (lundi, 11 janvier 2010 19:23)

    Coucou,
    On a vu un beau dessin des enfants dernierement...a bahia bustamante...le monde est petit!!!! nous sommes a san julian on va bientot traverser pour le calafate..mais on ne vous ratrapera pas...alors nos vemos en junio no? besos

  • #10

    canevet olivier (vendredi, 15 janvier 2010)

    Coucou les amis;
    des nouvelles du pays: le rendez vous dans les arbres avec Jaine. On vous racontera... qui sait l'altitude peut avoir des effets. Salomé et le reste de la famille se joint à moi pour vous faire des gros bisous.